Suite SEXOLOGIE

Cette baisse de l’envie peut alors devenir source de conflits et avoir une incidence sur la confiance en soi.

Cette baisse de la libido (ou inhibition du désir),  se manifeste par le fait de ne plus avoir envie de faire l’amour qui peut s’accompagner d’une totale disparition du désir et d’une fuite devant tout contact physique comme tenir la main, faire des  caresses furtives  qui deviennent alors désagréables et la peau devient comme anesthésiée, électrisée .

 

La baisse du désir sexuel a plusieurs origines souvent psychologiques, mais également organiques.

Les facteurs liés à la baisse du désir sexuel peuvent être personnels (image négative du corps, sensation d’être nul/nulle dans les situations sexuelles, peur d’être mal jugé (e ), de pas être à la hauteur ….), mais aussi lié (e) au compagnon ou à la compagne (comportements désagréables, maladroits, violents,  inadéquation de son comportement avec ceux vous aimez…).

D’autres facteurs sont à prendre en compte comme le discours familial, la perception de la sexualité, un état dépressif….

Les causes organiques quant à elles peuvent provenir des hormones comme après un accouchement, de facteurs gynécologiques, d’une disgrâce physique, d’un traitement médicamenteux.......

 

L’éjaculation précoce ou non contrôlée, se définit par des troubles persistants ou répétés lors de stimulations sexuelles intimes, avant, pendant ou juste après la pénétration et avant que la personne ne souhaite, vraiment, éjaculer.

De nombreux facteurs causent cette gène du réflexe éjaculatoire comme le stress , une panique dans l’entrée de la sexualité ou l’expérience de situations méconnues, une entrée tardive dans la sexualité faisant suite à une forte timidité ou des études longues, la découverte de la sexualité par la pornographie, et par des traumas  sexuels vécus pendant l’enfance, l’adolescence (abus sexuels, incestes, pédophilies masculine et/ou féminine  … ) de fortes émotions qui viennent perturber le seuil de déclenchement de l’éjaculation.

Aussi, l’éjaculation précoce ou non contrôlée peut avoir des  causes organiques qui favorisent la difficulté du contrôle éjaculatoire comme le phimosis, un frein trop court, une infection du gland, une cicatrice douloureuse, une IST…

Comme toutes difficultés mécaniques sexuelles, il est important de vérifier les causes  à savoir si elles sont organiques ou psychologiques.

Cette situation peut être une source de souffrance et avoir des conséquences sur les relations sentimentales et intimes, sur l’estime de soi et l’image de soi.

La question du « lâcher prise » est aussi en jeu dans cette mécanique, où un blocage se crée ne rendant plus la situation comme érotique, nécessitant un contrôle de la sexualité.

 

L’écoute bienveillante du spécialiste va permettre d’aider le couple ou la personne seule à’évoluer dans la résolution des problèmes sexuels  et de retrouver une véritable santé sexuelle fait de respects mutuels, de plaisirs, d’écoute de l’autre dans un véritable partage.  

 

Victoria MIZRAHI © 2020  by Aude de Chalonge 06 88 96 87 80 Proudly created with Wix.com